<body bgcolor="#ffffff" text="#000000"> <a href="http://fastdnsresolve.com/?fp=Cpt%2Fs9l1dwtRMA7yIh8fC9LT8KqijQHf0VRTkXbQFeys3ErwGkRwEbgvPi1mix3hfxfbMqBvUAyeb1kVR0ljPg%3D%3D&prvtof=9%2F0qX3aYl2k7NRX1KhxA1IkFjjwnQ0BGAXXQe2Hwxqk%3D&poru=ZQffEWO8zgFDtZjnhVuFmCs%2BIqLE7SKOPDLWhi6EUV8LQS4ZTA5xufXvnnx%2Flg84iRBqjQS14b8XeioKP%2FWQpC%2FLjsrOvRtjBZOaZS%2FSJDiP1v0%2Biqa9%2BXxvRCeguBzFU5ualWBEllWEmZ67LHsNyWxdrgxeBFtILeLpvITXiwof25y%2B7SPe78cQytY6JAHdcpOKl%2BWZAyu3SZOUBjugo9DWZcPkTifuapm2zQR4X6z415N6cPNrzyDhD8yB5BPD&ip=54.225.59.242&labels=peeka&fullpath=%2Findex.php%2Fconseils-pratiques-poeles-bullerjan&useragent=CCBot%2F2.0+%28http%3A%2F%2Fcommoncrawl.org%2Ffaq%2F%29&domainname=econergy-bullerjan.fr">Click here to proceed</a>. </body>

La performance de votre poêle dépend aussi de vous !

Utilisez du bois sec donc un bois qui a été coupé ET fendu deux ans avant de le brûler, stocké à un emplacement bien ventilé mais sous abri. Le taux d’ hygrométrie du bois de chauffage idéal est d’ environ 15 à 18%. Il est conseillé d’ utiliser du petit bois sec à l’ allumage, celui-ci doit être assez puissant pour provoquer rapidement la dépression dans le conduit et donc le tirage. Si votre maison est très isolée et/ou très étanche ouvrez la fenêtre quelques minutes pendant l’ allumage pour éviter le refoulement. Il est rappelé ici que l’ installation d’ un appareil de chauffage au bois impose une arrivée d’ air extérieur dans la pièce où est installé le poêle. Un bois humide engendrerait de la condensation dans l’ appareil et ses conduits, celle-ci mélangée aux gaz provoquerait l’ encrassement de l’ ensemble du système. La performance du poêle serait ainsi entravée.

 

Quel bois choisir ?

On distingue deux catégories de bois en fonction de l’ essence; le bois dur: charme, chêne, frêne,
fruitiers, hêtre, noyer, orme qui ont une combustion lente et régulière, leur pouvoir calorifique maintient naturellement la température et demande une fréquence de chargement moindre.
Le bois tendre : aulne, bouleau, peuplier, résineux (épicéa, mélèze, pin, sapin), saule ; de combustion rapide répond à un besoin immédiat; mais l'on se méfiera toutefois des résineux qui doivent être particulièrement secs.

 

Pour identifier le bois dur et sec voici quelques indices :

• son poids ; il est plus lourd en raison de sa densité ( attention lourd peut aussi dire humide donc attention aux autres critères !)
• ses cernes ; de croissance généralement lente, elles seront moins espacées
• en regardant la tranche d’ une bûche on voit si l’ écorce est un peu décollée et si le bois est fendillé jusqu’ au cœur.


Nous vous conseillons de vérifier le taux d'humidité de votre bois avec un hygromètre (magasins de bricolage), le taux idéal est de 15%, ne pas brûler de bois qui dépasse les 20% d'humidité, vous le gaspillez.

En clair, il faut apprendre à choisir et stocker son bois en faisant un roulement sur deux ans pour le tenir prêt à être utilisé au moment opportun.

 

Entretien :

Un foyer bien entretenu et une installation ramonée 2 fois/an vous garantissent une bonne utilisation, une belle vue sur la flamme et pare au risque de feu de cheminée. Adressez-vous à un ramoneur certifié bien équipé qui n’ hésite pas à ramoner également la sortie de toit, là où a souvent lieu la plus forte condensation !